Le Cid, 

Opéra en quatre actes et dix tableaux (1885) , 
Musique de Jules Massenet (1842-1912) , 
Livret D’ Adolphe D’ Ennery, de Louis Gallet , 
Et D’ Edouard Blau d’après la pièce homonyme de Pierre Corneille

Direction musicale 	Michel Plasson	, 
Mise en scène	Charles Roubaud	 , 
Décors	Emmanuelle Favre	, 
Costumes	Katia Duflot	 , 
Lumières	Vinicio Cheli	 , 
Chef des Choeurs	José Luis Basso	  , 

Sonia Ganassi (Chimène), 
Annick Massis (L’Infante), 
Roberto Alagna (Rodrigue), 
Paul Gay (Don Diègue), 
Nicolas Cavallier (Le Roi), 
Laurent Alvaro (Le Comte de Gormas), 
Francis Dudziak (Saint Jacques), 
Jean-Gabriel Saint-Martin (L’Envoyé maure), 
Luca Lombardo (Don Arias), 
Ugo Rabec (Don Alonzo),

Association de la Régie Théâtrale

Association de la Régie Théâtrale
fondée en 1911 et reconnue d’utilité publique par décret du 14 mars 1924

http://www.regietheatrale.com/index.html

Bibliothèque de mises en scène et de documentation théâtrale
Présidente Danielle Mathieu-Bouillon

http://www.regietheatrale.com/index.html

Les dons faits à l’A.R.T. ont tous une histoire particulière, amicale, il faudrait dire confraternelle.

Les collections théâtrales de l’A.R.T. à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, ne constituent pas un fonds d’archives ordinaire, mais un ensemble de documents professionnels, collationnés par les membres de l’association, ou ayant fait l’objet d’un don, voire d’un legs (l’A.R.T. est reconnue d’Utilité publique), par ceux qui les ont conservés tout au long de leur vie, ou par leurs ayant droit.
Il s’agit en effet, pour les donateurs, non seulement d’éviter la destruction de ces témoins de leur activité, mais de servir la mémoire de ce qui fut leur passion avant d’être leur métier.
Inconsolables du sort qui fut réservé aux archives de Molière, ils se sont fait un devoir de laisser, bien au-delà de la trace de leur passage sur la scène, tout ce qui peut servir à l’histoire de leur art et satisfaire la curiosité des chercheurs qui l’écrivent ou qui l’écriront.
C’est tout naturellement vers l’A.R.T. qu’ils se tournent parce qu’ils trouvent en son sein, ceux-là même avec qui ils ont vécu et travaillé, ceux-là avec qui ils ont partagé l’exaltation de la création théâtrale, le trac des jours de première, la satisfaction du succès, ou la douloureuse déception de l’échec, parce que dans les membres de l’ART ils reconnaissent leurs pairs auxquels ils sont indissolublement et transgénérationellement liés.
Il serait injuste de ne rien dire de ce que furent les carrières de ceux à qui nous devons tant de richesses. Petit à petit donc, seront esquissés quelques traits de la trajectoire personnelle de nos donateurs.
Elles appartiennent toutes à l ‘aventure du théâtre, une aventure nourrie d’humanité, d’amitié et de fraternité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *